PORCS ELEVES EN PLEIN AIR ... PORC AU NATUREL


Retour à l'accueil le Porc limousin Label Rouge les points de vente Charcuterie et salaisons

  LES MODES ET TECHNIQUES DE PRODUCTION SONT ACTUELLMENT SOUS "LES FEUX DE LA RAMPE" QUAND ILS NE SONT PAS "A L'INDEX" ! POURTANT TOUS LES JOURS, DES ELEVEURS, DES JEUNES NOTAMMENT, DEMONTRENT QUE L'ON PEUT PRODUIRE DANS NOTRE REGION "AUTREMENT" QUE SELON LES SYSTEMES TANT DECRIES. ERIC ET MADELEINE VALADEAU, ADHERENTs DE BEVICOR, TEMOIGNE A SON TOUR .

Eric et Madeleine VALADEAU, installés en GAEC, exploitent 80 Ha de SAU sur la commune de Marsac en Creuse, entre Bourganeuf et La Souterraine. Là, ils produisent des broutards et des génisses de boucherie de 18 mois à partir d'un élevage de 70 vaches allaitantes limousines.

Eric vient juste de s'installer sur l'exploitation avec sa mère. La création de l'atelier porcin repose sur 4 parcs qui accueillent 2 lots de 120 porcs et d'un post-sevrage sur paille.

 

ERIC ET MADELEINE VALADEAU

Tout d'abord, pourquoi une production complémentaire ?

"En fait, mon installation devait se faire par un agrandissement de l'exploitation, mais aucune terre n'était disponible autour de la nôtre. C'est en parlant autour de moi, que l'idée m'est venue de créer cet atelier de porcs en plein air, surtout qu'un voisin avait commencé à le faire. D'autre part, l'élevage de porcs en plein air nécessite peu d'investissements et me permet de garder du temps libre pour le reste de l'exploitation et aussi pour moi-même."

 

Mais l'élevage de plein air n'a pas que des avantages ?

"Bien sûr, l'élevage plein air prend de la place : 120 porcs par hectare et par an selon la législation, mais les prairies se refont assez vite entre deux rotations de lots. De plus, l'aménagement sous un tunnel pour l'alimentation et l'abri me permettent de travailler au sec et de mieux surveiller mes lots de porcs.

La seule véritable contrainte, c'est pour obtenir toutes les autorisations : permis de construire, d'exploiter des porcs il faut compter jusqu'à 3 ou 4 mois.

Au niveau du travail, on nourrit les porcs dans les auges collectives, cela ne prend pas beaucoup de temps et permet de les rationner."

UNE AUTRE IMAGE DE LA PRODUCTION PORCINE

 

 

Comment se comportent les porcs en plein air ?

"Au début, je pensais avoir beaucoup de mortalité et des croissances faibles. Cela a été exactement le contraire, très peu de mortalité (1 à 2 %), et cet été on a été obligé de rationner les porcs car ils poussaient trop vite, pour atteindre les 27 semaines d'âge à la vente que le cahier des charges du Label du Porc Fermier Limousin nous impose.

Reste à passer notre premier hiver, mais nous sommes confiants : les porcs s'adaptent bien à leur environnement, il leur faut seulement un peu de confort, un abri paillé et isolé."

 

Et votre approvisionnement en porcelets se passe comment ?

"Nous achetons les porcelets à notre Groupement : ils proviennent d'un naisseur agréé en label. Ils doivent être tatoués avec la semaine de naissance seulement. En ce moment, je termine l'aménagement d'un post-sevrage sur paille afin d'accueillir des porcelets de 8 kg, car l'éleveur qui m'approvisionne en 23 kg a fini par engraisser et il n'y a plus de porcelets de 23 kg disponibles en label.

Par ailleurs, avec mon post-sevrage, je maîtriserai mieux la croissance de mes porcs et la transition au plein air."

 

MAIS UN MINIMUM DE CONFORT TOUT DE MEME !

 

Tout cela pour quel investissement ?

"Pour le tunnel et l'aménagement intérieur ainsi que pour l'achat des porcs, j'ai investi 172 000 F HT plus 58 000 F HT pour le post-sevrage (soit environ 480 F/porcelet). Même si l'investissement peut paraître quelque peu élevé, l'indice et la croissance s'en ressentent favorablement dès la première bande : j'ai réalisé 2.88 d'indice, ce qui est presque aussi bien qu'en bâtiment. Maintenant, attendons la bande d'hiver, mais avec un tunnel isolé, je dois limiter la consommation d'aliment.

Mon investissement a été réalisé dans le cadre d'un CTE, ce qui m'a permis d'avoir des aides intéressantes. Une autre partie a été financée par des prêts du Groupement BEVICOR et de la banque. "

 

Le porc sous Label Rouge et élevé en plein air est en expansion au niveau des débouchés. Quand les conditions de réussite sont réunies au niveau du producteur, il permet aussi de concilier l'intérêt économique avec une autre image de la production porcine.

 

 

CAHIER DES CHARGES DU LABEL ROUGE "PORC FERMIER DU LIMOUSIN"

 

 

  Retour à l'accueil le Porc Limousin Label Rouge les points de vente Charcuterie et salaisons